retour

Atelier 3

MILHAT Cédric, Docteur en droit - Université Montesquieu Bordeaux IV -

 

Contribution à une étude préhistorique du droit constitutionnel. Les origines indo-européennes de la souveraineté

Présentation :

Hypothèse reconstruite à partir des données de la linguistique, de l’archéologie et de la mythologie comparée, l’existence d’un paradigme des Indo-Européens ne fait plus de doute aujourd’hui1.Les spécialistes de la question ont donc pu inférer du fait linguistique indo-européen, un système spécifique de pensée censé être la structure mentale et culturelle de leurs locuteurs. C’est ce que Georges Dumézil dénommait « l’idéologie »2.

L’objectif de cette communication n’est pas de retracer la longue histoire des Indo-Européens, mais, dans une perspective anhistorique et structurale, dumézilienne par excellence, malgré son défaut principal de laisser la chronologie de côté (sans pour autant l’ignorer totalement), de mettre l’accent sur ce que nous appellerons l’invariant juridique indo-européen. Dans une précédente étude3, nous avions déjà eu l’occasion de tenter de dégager des « traces » qui témoignaient d’une réelle préoccupation juridique des Indo-Européens, avec toutes les précautions méthodologiques qui s’imposent, d’une manière générale, lorsque l’on veut appréhender le champ indo-européen.

Tandis que le terme même de souveraineté semble inconnu des Indo-européens, la fonction souveraine, elle, « revêt une grande antiquité. En fait, elle remonte à la préhistoire 4». Notion éminemment politique, la souveraineté est au cœur même de la pensée européenne, « pensée politique par excellence 5». C’est dire que son origine indo-européenne, loin d’être fantasmée est, au contraire, profondément ancrée dans le patrimoine historico-génétique européen. L’« idéologie 6» de la souveraineté, correspondait, chez les Indo-Européens à une réalité tangible7.

Partant de la théorie trifonctionnelle, l’intérêt de cet article est précisément de tenter une théorie de la souveraineté telle que les Indo-Européens se la représentaient, tout en mettant en évidence les constances (et les ruptures) des éléments inhérents à ce concept fondamental du droit politique, le but étant de démontrer que malgré ses évolutions conceptuelles, la définition de souveraineté, d’hier à aujourd’hui, est fondamentalement restée la même. En d’autres termes, il s’agira, de poser, d’un point de vue épistémologique, l’hypothèse d’une éventuelle « matrice » indo-européenne de la souveraineté.

Plan suggéré (susceptible de modifications)

I – La souveraineté chez les Indo-Européens
La hiérophanie de la souveraineté

II – La souveraineté après les Indo-Européens
Malgré d’indéniables changements, de remarquables constantes

Notes

  1. Selon l’indianiste Paul Thieme, « l’hypothèse indo-européenne a été prouvée au-delà de tout doute possible », Scientific American, octobre 1958, p. 67. On renverra également au magistral ouvrage de James P. Mallory, In Search of the Indo-Europeans Language. Archaeology and Myths, Thames & Hudson, London, 1989.
  2. « Mot (…) choisi à dessein, semble-t-il, pour montrer qu’une mythologie se trouve en question comme une théologie, et plus généralement une pensée solidaire de ses réalisations, un système d’idées, mais engagé dans les actes qu’il garantit ou qu’il suscite », Lucien Gerschel, « Georges Dumézil. L’idéologie tripartite des Indo-Européens », Revue de l’histoire des religions, T.155, n°2, 1959, p.239.
  3. Cédric Milhat, « L’Indo-Européen et son droit. Pour une réflexion métajuridique des origines », Politeïa, 2006, n°10, p. 497.
  4. Philippe Chiappini, Le droit et le sacré, Dalloz, 2006, p.49.
  5. Op.cit, p.47.
  6. Au sens dumézilien du terme. De ce point de vue, Il est remarquable de constater que dans les sociétés non indo-européennes, l’idéologie tripartie, relève moins d’une conception originale de la société que d’élémentaires nécessités universelles (la reproduction, la subsistance, la territorialité), communes à l’ensemble des espèces animales et humaines. Rien de tel chez les Indo-Européens qui possédaient une vision du monde bien spécifiques et identifiée

source pdf

 

retour